Sidi Said: Après Abdelmoumen Khalifa, Ali Haddad

84

Le Secrétaire Général de l’Union Générale des Travailleurs Algériens UGTA, Abdelmadjid Sidi Said, est rattrapé par le scandale d’Abdelmoumen Khalifa, dès la proclamation de son soutien à l’homme d’affaires Ali Haddad, devenu président du Forum des Chefs d’Entreprises FCE.
Abdelmadjid Sidi Said , qui sortira indemne du scandale du siècle appelé Khalifa, même s’il était à l’origine de la délocalisation du compte des assurés des caisses (CNAS, CASNOS, CACOBAPTH, et CNAC, en le transférant d’une banque publique vers la banque privée Khalifa. Pour rappel, Sidi Said, occupait durant cette période la double casquette de SG de l’UGTA, et de président du Conseil d’administration de la CNAS, une double fonction interdite d’ailleurs par le règlement intérieur de la Centrale syndicale.

Interrogé par le Juge du Tribunal près la Cour de Blida, dans l’affaire “Khalifa”,au sujet de la délocalisation du compte bancaire des assurés du Crédit Populaire Algérien CPA, vers Khalifa Bank, Sidi Said déclarait “ J’assume”.

La sortie médiatique de l’Aurassi, et les appels lancés pour soutenir Mohamed Tchoulak, président de la Fédération de la poste et des nouvelles  technologies des télécommunications et de la communication, dans son bras de fer, avec la ministre de la poste et des télécommunications, Imene Houda Feraoun, témoigne que Abdelmadjid Sidi Said, n’a rarement servi la cause des travailleurs, mais s’est rallié à l’oligarchie et les hommes d’affaires de l’import-import, les lobbys de la mise à mort programmée du tissu économique bâti durant les années 70, et des nouveaux industriels du “ boulonnage”