L’allocation touristique reste à 130 euros : La mafia du conteneur et la fuite des milliards

L’allocation touristique demeure scotchée à 130 euros, l’équivalent de 15000 DA, depuis 1984, et pénalisante pour des millions d’algériens, au moment où une minorité formant le lobby et la mafia du conteneur, avait transféré illégalement des dizaines de milliards de dollars.

4000 entreprises d’import, tiraient les dividendes quand les importations atteignaient le chiffre effarant de  75 milliards de dollars, consacrés à l’importation du shampoing, le chocolat, le ketchup et la mayonnaise, au moment où des étudiants , des malades, et des touristes algériens, n’avaient le droit qu’à 130 euros, pour l’allocation touristique, une somme insuffisante pour payer une nuitée dans un hôtel acceptable à Paris.

Sur ce plan, il faut préciser que 575 millions d’euros couvrent les allocations touristiques pour 5 milions de voyageurs algériens, un montant qui ne dépasse pas les 2,5% de ce qui transféré illégalement par la mafia du conteneur..

Il faut reconnaître également que les gouvernements précédents avaient facilité la tâche aux sangsues des devises de saigner davantage les réserves du change algériennes, en chute libre, à cause de la baisse des revenus pétroliers. La mafia du conteneur utilisait la surfacturation pour piller les banques algériennes, bénéficiant de ce discours d’embellie financière du pays et de 200 milliards de dollars, dans les réserves du change.

Et là, il faut citer le crédit documentaire promulgué par l’ancien chef du gouvernement Ahmed Ouyahia, avec la Loi de Finances Complémentaire de 2009, qui favorisa le recours au change parallèle, permettant la flambée des monnaies étrangères par rapport au dinar, et sa dévaluation, engendrant par voie de conséquence à fragiliser davantage le pouvoir d’achat du citoyen, malgré le recours à la politique populiste d’augmentation des salaires, et son impact négatif sur l’équilibre budgétaire.

Aujourd’hui, un euro est cédé à 193 dinars, au niveau du marché parallèle du change, contre 124 dinars, sur le cours officiel, sachant que les sommes considérables en circulation au niveau des différents marchés parallèles, proviennent du transfert illégal des devises, liée aux opérations d’import-import.

Pour rappel, nos voisins tunisiens et marocains, bénéficient respectivement d’une allocation touristique de 3000 et 3500 euros chaque année.

Dans cet article

Rejoindre la conversation Algerieactu