Industrie du ciment: Lafarge Algérie, une arnaque similaire à la construction automobile

48

Un média algérien a révélé le grand mensonge d’une industrie du ciment de la part du groupe français Lafarge, qui se contentait du remplissage des sacs du ciment acheté au niveau des cimenteries du secteur public algérien, avec la bénédiction de l’ancien ministre de l’industrie et des Mines, Abdesslem Bouchouareb

Le Groupe industriel des Cimenteries Algérien, GICA, vendait au groupe français Lafarge Algérie, le sac de ciment à 380 DA, qui le vend ensuite sur le marché algérien à 750 DA, sur ordre de l’ancien ministre de l’Industrie et des Mines, M.Abdesslem Bouchouareb, rapporte aljazairalyoum, citant une source de l’intérieur du ministère algérien de l’Industrie. Selon cette source, Lafarge Algérie avait toute les facilités au niveau des 30 cimenteries algériennes du secteur public, implantées sur les quatre coins du territoire algérien, sachant que Lafarge Algérie, avec ces deux deux cimenteries d’Oggaz, wilaya de Mascara et de M’sila avait prévu de produire 8 millions de tonnes de ciment, par an.. Cela sous-entend, qu’il y avait une volonté délibérée d’évasion fiscale, et de détournement de lois algériennes, appuyés par une protection de certains responsables algériens véreux, et peu soucieux des intérêts algériens.

Tebboune déstabilisé par des cimenteries

Les cimenteries annoncent déjà la couleur de déstabilisation du nouveau premier ministre, M.Abdelmadjid Tebboune, comme l’atteste les prix de la commercialisation du ciment dont le sac est cédé à 1250 DA, pour causer davantage d’entraves, à la relance des projets de réalisation des différents de programmes de logements, et des projets structurants et d’infrastructures de base.

Abdelmadjid Tebboune avait réussi à désamorcer la crise des créances des entreprises chargées des réalisations, en ordonnant aux organismes financiers d’honorer leurs engagements vis-à-vis des entreprises algériennes et étrangères.

Pour rappel, le président de la République Abdelaziz Bouteflika, avait fustigé, les cimenteries algériennes, au début de son premier mandat, au moment où Ali Benflis, était Chef du gouvernement, lors d’un discours prononcé  devant les cadres de la Nation.

Il faut rappeler également, que La Farge, s’est illustrée par ses liens avec les groupes terroristes en Syrie, et ses opérations illégales de pillage du peuple syrien, dénoncées même par les ONG et médias français, d’où la nécessité de redoubler de vigilance, devant un opérateur qui est loin d’être » clean »

Evasion” réglementée” des devises

Ainsi, il s’avère que les subterfuges utilisés par Lafarge et consorts, consistent à ramasser les devises du Trésor Public, le transférer à l’étranger.