Fabrication automobile: La prédation en uniforme d’importation déguisée

Le nouveau ministre de l’Industrie et des Mines, Mahdjoub Bedda, reconnaît ce dimanche, l’échec de la politique menée par son prédécesseur, Abdesslem Bouchouraeb en matière de fabrication automobile, la qualifiant d’importation déguisée, visant la prédation, et le transfert de l’argent des algériens.

Cette déclaration a été faite ce dimanche par le ministre de l’Industrie, en marge de la clôture de la session ordinaire du Conseil de la Nation.

Pour M.Bedda, les priorités de son département ministériel, sont la révision de la réglementation pour éviter davantage, de saignées et de pertes d’argent.

Le nouveau ministre insiste d’ailleurs que son prédécesseur, avait légitimé cette importation déguisée, se référant aux résultats engendrés, la politique industrielle de Bouchouareb, avec un taux d’intégration nationale, qui n’a jamais atteint les objectifs assignés. Bedda cite en ce sens les prix exorbitants de ces véhicules assemblés en Algérie, et dont les concessionnaires bénéficiaient des exonérations d’impôts pour une durée de dix ans, et qui s’ajoute à ce chiffre insignifiant de création d’emplois.

Le nouveau ministre préconise par contre, l’encouragement de la création de PME, spécialisées dans les industries et les services y afférents, tout en refusant d’abandonner le projet d’une industrie automobile.

Il s’agit, pour Bedda, de réviser l’actuelle  réglementation, en optant pour une stratégie, visant une pérennité de l’activité, et l’ouverture du champ aux équipementiers,  aux fabricants de la pièce détachée, et aux sociétés de sous-traitance.

 

Dans cet article

Rejoindre la conversation Algerieactu