Médias français: ces algériens privilégiés, et ces français bannis

Des médias français se sont faits remarquer ces derniers temps par le passage d’écrivains et journalistes algériens, défilant sur leurs plateaux, au moment où des hommes de la littérature et de l’art de l’hexagone sont carrément interdits et boycottés.

Pour les écrivains , artistes et journalistes algériens, privilégiés, on peut citer les Kamel Daoud, Boualem Salsal et autre Yasmina Khadra.
Pour les écrivains , artistes et journalistes français, on peut citer les cas de, Jacob Cohen, Alain Soral et Vincent Reyounard.
Ainsi, la liberté d’expression et de la presse dans les médias français de la Mainstream, sont liées à la soumission des pouvoirs dominants du régime français.
Pour ces journalistes et artistes algériens, il s’agit tout simplement de travailler pour des agendas des officines, en vue de mettre l’Algérie, son peuple et ses richesses, sous les dents des néocolonisateurs et des rêveurs du Paradis Perdu.
Pour ce qui est des journalistes et artistes français bannis, les raisons sont liées à leur rejet de ce système machiavélique, basé sur l’exploitation et le déni du droit des vulnérables, comme les immigrés.
Dieudonné, Jacob Cohen, Alain Soral, vincent Reyounard , restent hostiles à l’aplaventrisme que veut imposer un système prôné par les lobbies de la politique, l’argent et les médias.
A l’inverse, ces algériens sus-cités se jettent corps et âme, dans cette bataille d’allégeance aveugle à l’ancien colonisateur et ses relais opératoires en Algérie

Dans cet article

Rejoindre la conversation Algerieactu