Les décisions de Sellal, passées au crible

Les services du nouveau premier ministre Abdelmadjid Tebboune passent au crible toutes les décisions prises par l’ancien premier ministre Abdelmalek Sellal et ses ministres de l’Industrie et des Mines, de l’Agriculture et du Développement Agricole, Abdesslem Bouchouareb,et Abdesslem Chelghoum, au sujet de l’attribution des fermes agricoles pilotes, et des terrains dans les nouvelles zones industrielles et d’activités.

Selon le journal électronique algérien, aljazairalyoum,citant des sources au niveau du ministère de l’agriculture, le Conseil interministériel restreint de jeudi dernier,a passé au peigne fin toutes leLes décisions de Sellal, passées au crible par Tebboune

Les services du nouveau premier ministre Abdelmadjid Tebboune passent au crible toutes les décisions prises par l’ancien premier ministre Abdelmalek Sellal et ses ministres de l’Industrie et des Mines, de l’Agriculture et du Développement Agricole, Abdesslem Bouchouareb,et Abdesslem Chelghoum, au sujet de l’attribution des fermes agricoles pilotes, et des terrains dans les nouvelles zones industrielles et d’activités.

Selon le journal électronique algérien, aljazairalyoum, citant des sources au niveau du ministère de l’agriculture, le Conseil interministériel restreint de jeudi dernier,a passé au peigne fin toutes les décisions prises par le Conseil de Participation de l’Etat CPE, présidé par Abdelmalek Sellal en matière d’attribution des 25 fermes agricoles pilotes, où il n’est pas exclu, l’annulation de certaines attributions qui ne répondent pas aux clauses exigées par le cahier des charges.

Sur ce registre,Tebboune compte annuler toutes les décisions d’attributions des fermes agricoles pilotes,octroyées, à des investisseurs hors secteur de l’agriculture, et dont les bénéficiaires comptaient les détourner de leur vocation initiale, pour les ériger en complexes touristiques et boîtes de nuit. Dans ce contexte, il faut rappeler, que la réunion du CPE de mercredi 3 mai, tenue une journée avant les élections législatives du 4 mai, avait validé la privatisation de 255 domaines privés de l’Etat, dans des marchés de gré à gré, suscitant les soupçons autour de leur légalité et devant le mutisme des partis politiques et des organisations comme l’Union Nationale des Paysans Algériens UNPA, que dirige Mohamed Allioui. Les soupçons de prédations où de bradage, se confirment à la lumière des attributions octroyées avant l’adoption de la loi, fixant la relation de partenariat privé-public PPP, par la nouvelle Assemblée Populaire Nationale APN, issue des législatives du 4 mai dernier.

Pour rappel, l’ancien premier ministre et son ministre de l’agriculture avaient validé l’attribution de dizaines de milliers d’hectares, à des personnes influentes, dont des anciens ministres, des chefs d’entreprises, des gérants de boîtes de nuit et des concessionnaires d’automobiles.

Par ailleurs, nous avons appris, que le Président Directeur Général PDG, du Groupe de Valorisation de la production agricole, Mustapha Belhanini, avait menacé de démissionner de son poste, en cas de l’annulation de la résolution 01 de la session 153, accordant l’attribution de 25 fermes agricoles pilotes, sous la formule gré à gré.

Aljazairalyoum annonce même en ce sens l’absence de transparence en matière de gestion de ce dossier. Mustapha Belhanini serait même acculé par des personnes, ayant bénéficié de ces attributions douteuses. Le nouveau ministre de l’agriculture aurait même exigé de Mustapha Belhanini, la présentation de son bilan,concernant le dossier des fermes agricoles.s décisions prises par le Conseil de Participation de l’Etat CPE, présidé par Abdelmalek Sellal en matière d’attribution des 25 fermes agricoles pilotes, où il n’est pas exclu, l’annulation de certaines attributions qui ne répondent pas aux clauses exigées par le cahier des charges.

Sur ce registre,Tebboune compte annuler toutes les décisions d’attributions des fermes agricoles pilotes,octroyées, à des investisseurs hors secteur de l’agriculture, et dont les bénéficiaires comptaient les détourner de leur vocation initiale, pour les ériger en complexes touristiques et boîtes de nuit. Dans ce contexte, il faut rappeler, que la réunion du CPE de mercredi 3 mai, tenue une journée avant les élections législatives du 4 mai, avait validé la privatisation de 255 domaines privés de l’Etat, dans des marchés de gré à gré, suscitant les soupçons autour de leur légalité et devant le mutisme des partis politiques et des organisations comme l’Union Nationale des Paysans Algériens UNPA, que dirige Mohamed Allioui. Les soupçons de prédations où de bradage, se confirment à la lumière des attributions octroyées avant l’adoption de la loi, fixant la relation de partenariat privé-public PPP, par la nouvelle Assemblée Populaire Nationale APN, issue des législatives du 4 mai dernier.

Pour rappel, l’ancien premier ministre et son ministre de l’agriculture avaient validé l’attribution de dizaines de milliers d’hectares, à des personnes influentes, dont des anciens ministres, des chefs d’entreprises, des gérants de boîtes de nuit et des concessionnaires d’automobiles.

Par ailleurs, nous avons appris, que le Président Directeur Général PDG, du Groupe de Valorisation de la production agricole, Mustapha Belhanini, avait menacé de démissionner de son poste, en cas de l’annulation de la résolution 01 de la session 153, accordant l’attribution de 25 fermes agricoles pilotes, sous la formule gré à gré.

Aljazairalyoum annonce même en ce sens l’absence de transparence en matière de gestion de ce dossier. Mustapha Belhanini serait même acculé par des personnes, ayant bénéficié de ces attributions douteuses. Le nouveau ministre de l’agriculture aurait même exigé de Mustapha Belhanini, la présentation de son bilan,concernant le dossier des fermes agricoles.

Dans cet article

Rejoindre la conversation Algerieactu