L’humiliation de Boudjedra sort les obscurantistes de leurs tanières

L’humiliation subie par le romancier Rachid Boudjedra, dans l’émission caméra cachée de la chaîne de télévision privée algérienne EnnaharTV, a fait sortir l’élite de l’obscurantisme de sa tanière, et a fait tomber les masques de ceux qui véhiculent l’idéologie chère à daesh et El Qaida

Hassan Aribi sur les traces d’Ali Benhadj

Dans sa page Facebook, le très controversé, député fraîchement élu à Alger sur la liste de l’alliance Ennahda-Adala-El Binaa, Hassan Aribi  balance un communiqué, développant les thèses du parti dissous, marqué par des propos haineux et de violence à l’égard du romancier algérien, Rachid Boudjedra.

Mokri et le message farfelu

Plus rusé, le président du Mouvement de la Société et la Paix MSP, Abderrazek Mokri, balance un message subtil sur sa page Facebook, marquée par une confusion et des calculs, épargnant l’idéologie obscurantiste et le terrain de la démocratie. Il justifie l’humiliation de Rachid Boudjedra, tout en condamnant EnnaharTV, tout en évoquant un manque de professionnalisme.
L’humiliation de Rachid Boudjedra a mis à nu l’idéologie obscurantiste et destructrice, à travers les deux visages qui sont ceux de Hassan Aribi, et Abderrazek Mokri, l’un se présentant comme fanatique et l’autre comme semi-tolérant,et ils s’ajoutent à cette sortie incendiaire d’Ali Benhadj, de ce weekend après l’accomplissement de la prière de Tarawih à Alger.

Les TV de l’obscurantisme

L’humiliation de Rachid Boudjedra a également fait tomber l’idéologie obscurantiste véhiculée par des chaînes de télévision privées algériennes, comme EnnaharTV, EchoroukTV, et El BiladTV, bénéficiaires de largesses des pouvoirs publics, et prônant un discours, qui est loin de promouvoir la liberté d’expression et le respect de l’autre.
Ces chaînes diffusent des émissions allant dans le sens de la division des algériens et la cassure de la cohésion sociale.

Ces chaînes s’attaquent  à des écrivains et penseurs, et ouvrent les plateaux aux charlatans comme Belahmar, et aux  “ petits chanteurs” dont les productions sont à la limite du respect des moeurs algériennes, pour promouvoir la médiocrité.,.

Dans cet article

Rejoindre la conversation Algerieactu