Formation d’un nouveau gouvernement algérien: Guerre de portefeuilles

50

Une guerre de portefeuilles, pour l’octroi de ministères de souveraineté se dessine entre le premier ministre sortant, M.Abdelmalek Sellal et Le Directeur de cabinet de la présidence de la république et SG du RND, M.Ahmed Ouyahia.

Cette guerre  est annoncée même l’annonce des résultats officiels des législatives du 4 mai, par le Conseil Constitutionnel, et dans le sillage des tractations menée par le premier ministre sortant Abdelmalek Sellal, dont la première entrevue avait eu lieu avec le président du MSP, M.Abdelaziz Mokri. Ahmed Ouyahia vient même de déclarer que le Président de la République, M.Abdelaziz Bouteflika n’a pas encore tranché sur la personnalité qui dirigera le prochain gouvernement.

Ce bras de fer, intervient au lendemain des résultats obtenus par les  deux partis politiques de la majorité à savoir le FLN et le RND.
Le FLN a gagné les élections, tout en perdant 57 sièges par  rapport aux législatives de 2012, alors que le RND, arrivant en seconde position a glané 36 nouveaux sièges pour atteindre les 100 sièges. La guerre des portefeuilles ministériels est liée aussi à la volonté du président de la République d’élargir la composante du gouvernement, autour d’un large consensus permettant de consolider le front intérieur du pays face aux menaces d’instabilité de la région et face à la difficile conjoncture socio-économique que connaît le pays suite à la chute vertigineuse des revenus pétroliers.

Abdelaziz Bouteflika entend même inviter les partis politiques comme le TAJ d’Amar Ghoul, Le MPA d’Amara Benyounes, l’alliance MSP-Front du Changement du tandem Mokri-Menasra, Le RCD de Mohcen Belabbes, le Front d’El Moustakbel d’Abdelaziz Belaid et l’ANR, de Belkacem Sahli, à rentrer dans le prochain gouvernement.

Concernant les ministres partants, beaucoup de bruits circulent sur Abdesslem Bouchoureb, proche d’Ahmed Ouyahia et ses mésententes avec Sellal, sur plusieurs dossiers, idem pour le ministre des affaires religieuses , Mohamed Aissa et ses décisions controversées, ainsi que les ministres FLN, de l’agriculture, des travaux publics et des transports, du Tourisme, à savoir, Chelghoum, Talai et Nouri, ainsi que le ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi du RND.