Election de Macron en France: Les néocolonisés jubilent en Algérie

29

Les néocolonisés en Algérie ont célébré comme il se doit l’élection d’Emmanuel Macron en France.

Un journaliste algérien avait écrit sur sa page Facebook » Un ami m’a envoyé ce message » sur le vol AH 1012 d’Air Algérie, voici le message de l’hôtesse : Mesdames et Messieurs ; c’est avec plaisir que nous vous annonçons que Monsieur Macron a été élu, président », cris de joie et applaudissements dans l’avion, selon le texte publié par la journaliste.

Le journaliste avait même partagé des dizaines de tweet, saluant la victoire de Macron, un aplaventrisme sans précédent, née de la culture de néocolonisation.

D’ailleurs beaucoup d’algériens, vivant en Algérie, où dans l’hexagone, ignorent où semblent l’ignorer que Macron est un sous-produit de la mondialisation, dirigée par les multinationales et les banques, et rien ne se fera dans l’intérêt de l’Algérie et des algériens. Ceux qui croient que le nouveau locataire de l’Elysée, va reconnaître les crimes de la France, en Algérie, se trompent, cat Macron a joué sur la fibre et la naïveté de beaucoup d’algériens.

Avant lui, les algériens avaient cru dans le passé Giscard d’Estaing, François Mitterrand, et Jacques Chirac, mais rien n’a été fait dans le respect de la mémoire des martyrs algériens  et victimes de 132 ans de colonisation.

Giscard d’Estaing avait déclaré en 1975, lors de sa descente d’avion à l’aéroport d’Alger » Je salue l’Algérie indépendante », une manière de renier l’histoire millénaire de l’Algérie, heureusement, pour les algériens, le feu Président Houari Boumediene, lui réplique, en déclarant que l’histoire de l’Algérie ne débute pas de 1962.

Pour ce qui est du socialiste François Mitterrand, dont beaucoup d’algériens ont salué l’élection en 1981, ils ont oublié son parcours politique et son hostilité farouche à l’égard de la révolution algérienne de novembre 1954, suivi de son implication directe dans l’émergence de l’intégrisme et l’obscurantisme, prônés par le FIS dissous, et qui coutera cher au pays, avec cette décennie noire, et ses dizaines de milliers de morts.

L’arrivée au pouvoir du patron du RPR, et de la droite française Jacques Chirac, n’améliore en rien la situation même s’il y a eu la signature d’un traité de coopération, suivi par une loi glorifiant la colonisation, et qui n’apporte que la confirmation que la France officielle ne  reconnaitra pas ses crimes en Algérie