Cellules néocolonisées: Les néo-ottomans, en inquisiteurs des algériens

49

En violation de la Constitution algérienne, une tête de liste pour les législatives du 4 mai 2017 , vient de poster sa photo sur sa page officielle de Facebook, à côté de celle du Président turc, Recep Tayep Erdogan.
Il s’agit du très controversé Hassan Aribi, tête de liste à Alger (capitale algérienne), de l’alliance Adala,Ennahda, et Binaa, et qui rejoint de ce fait, le tête de liste de la même alliance , dans la wilaya d’Oran, et qui avait opté pour le même subterfuge, avant le début de la campagne électorale, en affichant une mosquée, pour jouer la fibre religieuse.
Les deux actions s’inscrivent dans la violation flagrante de la loi organique des élections, promulguée par la Constitution algérienne, et des recommandations de la Haute Instance Indépendante de la Supervision des Élections HIISE, qui demeure impuissante.

Cette violation, la première dans les annales des scrutins algériens, jamais vu dans le monde; où un candidat d’une formation politique dans une élection dans un pays souverain, fait appel à l’image de l’image d’un dirigeant d’un autre pays lointain, pour faire sa campagne électorale.
Pour rappel, plusieurs dépassements ont été enregistrés durant la campagne électorale, à commencer par le non-affichage des photos de candidats, l’affichage anarchique, et la guerre des mots entre certains responsables de partis politiques.