FLN-RND : Guerre des mots entre Ould Abbes et Ouyahia

13

Le week-end de la campagne électorale pour les législatives du 4 mai prochain, a été marqué par une guerre de mots entre le Secrétaire Général du Front de Libération Nationale FLN, M.Djamel Ould Abbes, et le Secrétaire Général du Rassemblement National Démocratique RND, M.Ahmed Ouyahia, où les présents aux meetings animés par les deux chefs de partis, avaient assisté à un échange d’amabilité, et de guerre de mots.

Ahmed Ouyahia avait annoncé la couleur, en déclarant, « Bouteflika, est notre président tous », une réponse aux déclarations de Djamel Ould Abbes, qui ne cesse de marteler, qu’Abdelaziz Bouteflika, est le Président du FLN, pour dire, qu’il représente le Chef de l’Etat, une situation qui embarrasse, le Directeur de Cabinet de la Présidence, qui vient de prendre congé pour se consacrer à la campagne électorale de son parti, dans le but de tirer profit des problèmes pré-campagne électorale, vécus par le parti frère-ennemi, et de revenir aux premières loges, après le 4 mai. Dans l’autre camp, Djamel Ould Abbes multiplie les déclarations qui titillent les émotions et sentiments des régions et des citoyens, en révélant à chaque fois qu’il est l’unique homme à pouvoir parler du président Bouteflika, même si certains cercles à Alger, annoncent que le Chef de l’Etat, va se débarrasser de Djamel Ould Abbes, après les législatives du 4 mai, et le remplacer par l’actuel ministre de la justice, M.Tayeb Louh.

Bouteflika, n’aurait pas digéré la gestion de la confection des listes des candidats par Djamel Ould Abbes, et les scandales de corruption et de passe-droits, qui ont entouré l’opération.

Concernant Ahmed Ouyahia, mis en congé, sans être cité dans le communiqué de la Présidence de la République, évoquant les noms des ministres du gouvernement Sellal, candidats aux législatives du 4 mai prochain, Bouteflika ne serait pas satisfait de certains «  proches » du SG du RND, comme Abdesslem Bouchouareb, Azzeddine Mihoubi, où même Ali Haddad, président du Forum des Chefs d’Entreprises FCE . L’après ‘ mai, ne sera pas certainement comme l’avant 4 mai.