Pendant que Mihoubi sillonne les Emirats Arabes Unis: Une comédienne algérienne, souffre dans l’anonymat

23

La comédienne du théâtre, Mme.Malika Nedjadi, est souffrante depuis des mois, sans attirer l’attention  des responsables de la culture en Algérie.

Certains artistes proches d’elle, lui rendent des visites régulières, et qui demeurent des initiatives personnelles, liées à des affinités.

Près de trente ans, sur les planches

La comédienne Dame du 4ème art, fréquente le monde du théâtre, depuis 1993, au Palais de l’Art et de  la Culture d’Oran(PACO), dirigé à l’époque par l’auteur Amine Zaoui, où elle joué quelques rôles dans certaines pièces, comme “Malhamet Arous El Djazair”, du TRO,”Hamma le Cordonnier”, ainsi que la pièce “ Tafeh” du regretté Abdelkader Alloula.

Sa dernière montée sur les planches, a eu lieu lors, du dernier Festival du Théâtre Arabe, tenu le mois de janvier dernier, à Oran et Mostaganem. Elle participa à la présentation de la pièce d’Abdelkader Alloula “El Tafeh”, et accompagna des artistes lors d’une virée vers des centres de détention de la région Ouest du pays.

Malika Nedjadi, l’oubliée d’Azzeddine Mihoubi

La comédienne Malika Nedjadi, avait joué plusieurs pièces théâtrales, écrites par M.Azzedine Mihoubi, l’actuel ministre algérien de la Culture, qui contrairement à ses déclarations officielles, destinées à la consommation, n’a pas jugé utile de s’enquérir sur l’état de la santé de la comédienne, qui demeure humble et lucide, malgré le fardeau du mal, qu’elle continue à le combattre.

L’ONDA, aux abonnés absents

Selon des comédiens du théâtre, interrogés par Algérieactu, l’ONDA d’Oran qui dispose d’importantes rentrées financières liées à la commercialisation de production artistique, demeure indifférente aux appels lancés par certains artistes pour la prise en charge sanitaire de Malika Nedjadi.

Pour nos interlocuteurs, l’ONDA, s’intéresse beaucoup aux chanteurs, que comédiens du 4ème art, et les raisons sont connues, liées en premier lieu au nerf de guerre, qu’est l’argent.

Malika revendique la considération, et pas l’aumône

Interrogée par Algérieactu,sur l’absence d’une prise en charge de la part des autorités compétentes, Malika Nedjadi, de surcroît humble, et sûre d’elle, estime qu’elle ne demande pas de l’aumône, et qu’elle revendique un droit de considération pour des artistes, ayant combattu la bête immonde à travers l’art.

Par ailleurs, nous signalons, que l’entrevue d’Algérieactu avec la comédienne Malika Nedjadi a eu lieu en présence de la comédienne Mme.Daoudia Khaldia, veuve du regretté comédien M.Khelladi, et Mohamed Belfadel,comédien et artiste.