Les confréries soufies en colère contre une association d’usurpateurs : Des offres de services et des intimidations en pré-campagne

36

A l’approche des élections législatives, les offres de service d’associations de tous bords et de regroupements d’individus spécialisés dans la propagande et la mobilisation des troupes se multiplient depuis plusieurs mois.

Outrepassant leurs objectifs et enfreignant la loi sur les associations apolitiques, ces sigles et associations s’affichent ouvertement depuis quelques temps, en compagnie d’hommes politiques, sénateurs et autres présidents et représentants locaux de partis politiques. Pis encore, certaines de ces associations vont jusqu’à menacer leurs semblables de les priver de subventions, de leur interdire les activités traditionnelles, etc… si elles ne se rallient pas à cette cause électorales.

Le cas de cette association activant au nom des zaouia sur le plan national, est assez élogieux. Ayant pris l’initiative de contacter les zaouias sur le territoire national, pour les rallier à cette cause partisane et électorale, au profit d’un parti connu, les représentants de cette association vont jusqu’à manœuvrer contre celles qui rechignent à ne pas rejoindre la machine électorale. En guise de représailles, les responsables de cette association vont jusqu’à influer sur les responsables locaux de la direction des affaires religieuses et des autorités locales.

Louant ses services à un parti à la recherche d’une aura et d’une crédibilité au sein du paysage politique nationale et au sein de la société, cette association nationale des zaouïas commet de plus en plus de méfaits et risque de causer davantage de dégâts, que de bienfaits au sein des hommes et fidèles des confréries soufies dans le pays. Cela est d’autant plus inquiétant que ces nouveaux individus qui ne reconnaissent, ni la représentation du Docteur chaâlal, ni celle des anciennes associations de Zaouias, suggèrent à ceux qui veulent bien les croire, qu’ils sont chargé par la présidence de la république de mobiliser les troupes, en vue des législatives. Une tension indescriptible a déjà pris acte au sein des confréries, notamment celles qui n’ont pas l’habitude de s’immerger dans les opérations électorales, dénonçant ainsi de graves violations des préceptes et des fondements des confréries soufies.