Contrebande :13 % des véhicules marocains et tunisiens roulent avec du carburant algérien

19

660 mille véhicules marocains et tunisiens roulent avec du carburant algérien, issu de la contrebande , soit 13% du parc roulant des deux pays voisins de l’Algérie.

Ce chiffre a été rendu public par la récente étude effectuée par Atlantic Council, sur la contrebande du pétrole, et repris par le journal britannique The Guardian.

Issu de la contrebande :  660.000 véhicules tunisiens et marocains roulent avec du carburant algérien. L’étude de Atlantic Council relève que l’Algérie perd annuellement deux milliards de dollars, suite à cette contrebande. Selon, l’étude, l’Algérie est appelée à plus d’efforts en matière de renforcement des contrôles des frontières, et des poches d’approvisionnement des contrebandiers non seulement dans les zones frontalières, mais aussi dans les zones de l’intérieur du pays, pour ne pas voir ces pertes financières s’amplifier. L’étude note que les contrebandiers n’ont pas changé le mode opératoire de leur trafic, ils achètent le carburant à bas prix, dans les stations de service, et ils le revendent aux contrebandiers marocains et tunisiens, avec des marges bénéficiaires, brutes, plus élevées que celles pratiquées en Algérie.

Ainsi, un litre de gasoil (suite à la loi des Finances 2017) est taxé à 20,63 DA, est cédé à un euro, au Maroc et 0,7 euro en Tunisie. Sur ce registre, l’Algérie perd beaucoup par rapport, aux autres membres de l’OPEP, compte tenu du relèvement des prix effectif, et l’enveloppe dépensée annuellement pour l’importation du carburant, estimée à cinq milliards de dollars.

Par ailleurs, il faut souligner, que d’autres statistiques, annoncent que le Maroc est alimenté à 60% de ses besoins du carburant algérien, issu de la contrebande, alors que la Tunisie est à hauteur de 30%, et les voisins du Sud de l’Algérie, à 10%.

Pour rappel, l’Algérie a accentué sa pression sur les réseaux de la contrebande ces deux dernières années, suite à l’entrée sur scène de l’ANP, dont les résultats sont plus qu’encourageants, compte tenu des quantités des saisies opérées et des individus arrêtés.