Kamel Daoud déshabillé

14

La militante féministe algérienne, Mariem Helie lucas, vient de mettre à nu les mensonges et les contre-vérités parus, dans son très controversé livre « Cologne »

La mise à nu, de Kamel Daoud et les Fake News, des médias français et allemands, et le démantèlement de la théorie destinée à encourager le retour de l’extrême droite, le fascisme et les propagandes de l’islamophobie, ont été bien décortiquées par Meriem Helie Lucas, qui anime le site SIAWI(Secularism is a Women Issue) le 5 janvier 2016.

Mariem Helie Lucas , alertait sur son site la société civile européenne, et les européens de la gauche laïque, sur cette manipulation médiatico-politique, servant la connexion extrême-droite de l’Europe, avec l’intégrisme et ses réseaux terroristes.

Pour confirmer cette théorie, elle cite plusieurs exemples similaires, à commencer par la tenue du premier festival culturel panafricain à Alger en 1969,et cette infiltration fasciste, initiée par des fanatiques intégristes, avec ce cri ordonnant « les femmes à la maison », obligeant des représentantes de la gent féminine présentes à cette manifestation, à quitter les lieux. Mariem Helie Lucas,  interrogée par la journaliste,Favret-Saada Jeanne, cite deux autres exemples de cette manipulation, destinée à cautionner le takfirisme, et l’intégrisme, tels que ce qui s’est passé en 2011, à la place Tahrir, au Caire en Egypte, de même à Tunis, deux mois plus tard.

Les liens entre le courant islamophobe et l’intégrisme

Sur ce registre la journaliste Favret-Saada Jeanne, met le lien entre le courant alimentant l’islamophobie, et l’intégrisme.

Selon elle, Kamel Daoud publiait le 31 janvier 2016, dans le journal français Le Monde, un article sur cette prétendue affaire d’agressions sexuelles et de viols à Cologne, en Allemagne « Cologne,lieu de fantasmes », précédé, le 14 janvier par un billet de la féministe iranienne Chahla Chafiq, et le 30 du même mois, par deux opinions contrastées et controversées de Nacira Guénif, et Claude Habib, dans le but de coller l’étiquette de brutalité sexiste à des prétendus « agresseurs arabes et musulmans », tout en accusant les dirigeants politiques européens de frilosité.

Le journal français Le Monde, imitait le journal italien La Repubblica, qui publia le 10 janvier l’article » le corps des femmes et le désir de liberté des hommes déracinés ».

Jouant à fond sa carte de fer de lance de néocolonisé,Kamel Daoud ,publie, le 12 février, un article au journal l’Echo d’Oran, où il annonce son retrait prochain du journalisme, et un autre au journal américain le New York times, où ils traite les arabes et musulmans de peuples vivants une misère sexuelle.

Le but recherché par Kamel Daoud, est de se présenter comme une victime de ses « pensées », en Algérie, pour glaner quelques voix de soutien au niveau de la classe politique occidentale.